Qui a dessiné la première image et qui a été le premier à essayer d’exprimer ses propres sentiments à l’aide d’un instrument primitif? Pourquoi nos ancêtres ont-ils essayé d’entrevoir la nature et la vie en la représentant sur un mur ou dans un air qu’ils ont joué? Nous n’en serons peut-être jamais sûrs, mais nous pouvons supposer qu’ils étaient animés d’un désir intérieur d’être étroitement liés, unis à la nature.

Que ce soit en dessinant une grotte ou un tuyau d’os, le désir inné de l’homme est d’exprimer des sentiments, des rêves ou des frustrations. Mais à l’intérieur de chaque être humain il y a aussi un désir de survivre, et c’est pourquoi les peintures préhistoriques représentent la chasse, la lutte pour la nourriture, la lutte pour la vie. Ce n’est que plus tard que la nature a été décrite comme quelque chose de beau et digne d’être admiré. Depuis le début, l’homme a été un guerrier et, d’une certaine manière, l’art a été utilisé comme un outil dans la lutte pour la survie.

Trouvez votre âme dans l’art

À travers la fenêtre de son âme, l’homme essaie de trouver le langage antique des guerriers de la lumière, qui crée une beauté noble du cœur et de ses profondeurs spirituelles. Autrefois, l’homme lutte pour la survie, la nourriture, la maison, l’amour, la famille et le statut social. Dans le passé, le couteau, la flèche, l’épée – les armes avec une lame – étaient les moyens d’atteindre ces objectifs.

Aujourd’hui, nous luttons avec les mots pour atteindre ces mêmes objectifs. Le mot peut nous rendre heureux, mais il a aussi le pouvoir de nous blesser et de causer de la douleur. Aujourd’hui, certains d’entre nous ne réalisent pas que nous sommes tous des guerriers de la lumière et de la parole. L’espace sans sculpture est un corps sans âme!

En effet, au sein de la sublime galerie et espace d’exposition Marrakech David Bloch, vous avez le droit à admirer des œuvres qui fêtent la nature humaine et nous pousse à réfléchir à ce que la vie a comme sens aujourd’hui. Shaina Craft est une artiste figurative vivant et travaillant à Philadelphie, en Pennsylvanie. Elle crée des peintures à l’huile et travaille sur du papier qui va de la miniature à l’expansive. Son travail est connu pour combiner le réalisme détaillé avec l’expression gestuelle.

Née en 1985, Shaina’s a déjà montré une force dans sa courte carrière. Elle a reçu de nombreux prix et a placé des œuvres dans des collections à travers le monde, y compris la collection Witz en Suisse, la collection Hastie au Royaume-Uni et la collection Manocherian à New York.

Shaina a exposé son travail à des expositions de galerie chaque année depuis 2009, présentant souvent plus de cinq fois chaque année. Elle a étudié au Maryland Institute College of Art, où elle a reçu son BFA ainsi que la New York Academy of Art, où elle a obtenu une maîtrise en beaux-arts.

Des expériences allusives

Rebecca Wallis est née au Royaume-Uni, elle a vécu et pratiqué entre Londres et Auckland depuis la fin de son baccalauréat en beaux-arts en 1988. Sa pratique artistique a été cimentée en 1995 par une maîtrise en arts visuels du Goldsmiths College de Londres.

Rebecca provoque, en utilisant l’objet, les expériences allusives du Réel. Elle fait des associations entre le corporel et le pictural, pour révéler le «au-delà, derrière et dessous». Ses méthodes récentes impliquent de façon caractéristique des gestes simples et non conventionnels, où elle se définit comme un intermédiaire pour l’interaction entre les matériaux.

Les peintures de Rebecca sont conservées dans un certain nombre de collections d’art nationales importantes, y compris le James Wallace Arts Trust et la collection Walker & Hall.

PARTAGER